UNE LECTURE DE Claude DONNAY

2015-01-28_15.35.31.jpgPierre SCHROVEN "Autour d'un corps vivant" Editions l'Arbre à paroles, Amay, Belgique, 2014, 12 € Poète et critique, Pierre SCHROVEN est avant tout un féru de philosophie. Sa poésie tout en finesse cisèle des textes qui très souvent ouvrent des espaces à la réflexion du lecteur. Dans ce recueil, Pierre Schroven ancre sa poésie dans une baie particulièrement lumineuse : la peinture de Guillaume Cornelius Van Beverloo. Hollandais né à Liège, cet artiste qui avait pris pour pseudonyme "Corneille" par référence au corvidé bien connu, fait partie des six fondateurs du mouvement Cobra. Cet oiseau noir – la corneille – vole d'une page à l'autre de ce recueil très dense. Comme l'exprime Marcel Paquet dans sa préface, "le poète Pierre Schroven nous apporte ici le fruit de son anabase intérieure, le résultat d'une descente dangereuse en lui-même". Il se laisse emmener par l'oiseau noir jusqu'à la source de la vie tapie au fond de chacun de nous, il devient un passe-muraille qui traverse la "forêt d'un mot", le pousse à "fuir toute rectitude" pour capter la "simple joie d'exister". Pierre Schroven se pose la question de l'existence. "Etre / C'est habiter un pays de mains tendues". "La vie n'est pas un texte dans notre bouche / C'est une masse de soleil". Le soleil – la lumière si chère au peintre Corneille – permet d'entrevoir le bonheur d'être en vie tout simplement. Le poète devient une caisse de résonnance pour le cri de la vie, pour "un feu qui monte dans les vertèbres". Il cherche dans le désordre du monde un repère où accrocher son être – cet oiseau noir dont le "regard scintille". Et le poème jaillit sous l'aile de l'oiseau, sous la "dictée du vol", dans la lenteur et l'attente d'un chemin inscrit dans son corps. Nulle certitude pourtant de toucher un jour le port. D'où la nécessité de vivre l'instant dans toute sa profondeur, de guetter un "changement de clarté en ton regard". On écoute en soi le bruit de la vie "en se demandant de quelle vague on vient" Avec ce recueil "Autour d'un corps vivant", Pierre Schroven nous enchante avec des images très originales. Il est manifestement au sommet de son art. Un recueil de très belle facture et pleinement abouti.

Dans la forêt d'un mot Tout n'est que reflet chaos de signes Chant d'une liberté Ouvrant ses pas à un désir Tatoué d'oiseaux invisibles

Etre C'est habiter un pays de mains tendues C'est prendre au bond la balle d'une joie Dont les yeux s'ouvrent chaque jour sans savoir pourquoi